Rédaction | Gavroche | 20/02/2021
Politique / Actu  

BIRMANIE - POLITIQUE: Qui est Aung San Suu Kyi, redevenue prisonnière de la «Tatmadaw» ?

L'ex conseillère pour l’État est toujours en résidence surveillée dans la capitale, aux mains des militaires putschistes de la Tatmadaw, l'armée birmane. Elle était autrefois considérée comme un phare pour les droits de l'homme - une militante de principe qui a renoncé à sa liberté pour défier les impitoyables généraux de l'armée qui ont dirigé le Myanmar pendant des décennies. Son portrait par la BBC doit être relu pour comprendre son itinéraire.

En 1991, Aung San Suu Kyi a reçu le prix Nobel de la paix, alors qu'elle était encore assignée à résidence, et a été saluée comme "un exemple exceptionnel du pouvoir des impuissants".

En 2015, elle a mené sa Ligue nationale pour la démocratie (LND) à la victoire lors de la première élection ouvertement disputée au Myanmar depuis 25 ans. Mais elle a été renversée par un coup d'État en 2021, lorsque les militaires ont pris le contrôle du pays et l'ont arrêtée, ainsi que les dirigeants politiques qui l'entouraient.

Bien que son image ait souffert au niveau international en raison de sa réaction à la crise qui a frappé la minorité Rohingya, majoritairement musulmane, du Myanmar, elle reste très populaire auprès de la majorité bouddhiste du pays.

La voie du pouvoir

Aung San  Suu Kyi a passé près de 15 ans en détention entre 1989 et 2010. Son combat personnel pour apporter la démocratie au Myanmar (également connu sous le nom de Birmanie), alors dirigé par l'armée, a fait d'elle un symbole international de la résistance pacifique face à l'oppression.

Malgré sa victoire écrasante en 2015, la constitution du Myanmar lui a interdit de devenir présidente car elle a des enfants qui sont des ressortissants étrangers. Mais Mme Suu Kyi, aujourd'hui âgée de 75 ans, était largement considérée comme un leader de facto.

Son titre officiel est celui de conseiller pour l'État. Le président jusqu'au coup d'État de 2021, Win Myint, était un proche collaborateur.

Majorité écrasante en 2020

En 2020, sa LND a une nouvelle fois obtenu une majorité écrasante, obtenant encore plus de voix que lors du scrutin de 2015.

Les militaires encore puissants ont contesté les résultats, invoquant la fraude électorale. Le jour où le Parlement a siégé pour la première fois, les militaires ont arrêté Mme Suu Kyi ainsi que de nombreux autres dirigeants politiques.

Elle a ensuite déclaré l'état d'urgence, remettant le pouvoir aux militaires pendant une année entière.

Mme Suu Kyi a ensuite été accusée d'avoir importé illégalement du matériel de communication. La police a déclaré avoir trouvé chez elle sept talkie-walkie qu'elle n'était pas autorisée à posséder.

Pedigree politique

Mme Suu Kyi est la fille du héros de l'indépendance du Myanmar, le général Aung San.

Il a été assassiné alors qu'elle n'avait que deux ans, juste avant que le Myanmar n'obtienne son indépendance du régime colonial britannique en 1948.

En 1960, elle s'est rendue en Inde avec sa mère Daw Khin Kyi, qui avait été nommée ambassadrice de Birmanie à Delhi.

Quatre ans plus tard, elle est allée à l'université d'Oxford au Royaume-Uni, où elle a étudié la philosophie, la politique et l'économie. Elle y rencontre son futur mari, l'universitaire Michael Aris.

Après avoir vécu et travaillé au Japon et au Bhoutan, elle s'est installée au Royaume-Uni pour élever leurs deux enfants, Alexander et Kim, mais la Birmanie n'a jamais été loin de ses pensées.

Lorsqu'elle est revenue à Yangon en 1988 - pour s'occuper de sa mère gravement malade - le pays était en plein bouleversement politique.

Des milliers d'étudiants, d'employés de bureau et de moines sont descendus dans la rue pour réclamer des réformes démocratiques.

"Je ne pouvais pas, en tant que fille de mon père, rester indifférente à tout ce qui se passait", a-t-elle déclaré dans un discours prononcé à Yangon le 26 août 1988. Elle a ensuite pris la tête de la révolte contre le dictateur de l'époque, le général Ne Win.

L'assignation à résidence

Inspirée par les campagnes non violentes du leader américain des droits civils Martin Luther King et du Mahatma Gandhi de l'Inde, elle a organisé des rassemblements et voyagé dans tout le pays, appelant à des réformes démocratiques pacifiques et à des élections libres.

Mais les manifestations ont été brutalement réprimées par l'armée, qui a pris le pouvoir par un coup d'État le 18 septembre 1988. Mme Suu Kyi a été placée en résidence surveillée l'année suivante.

Le gouvernement militaire a organisé des élections nationales en mai 1990, que la LND de Mme Suu Kyi a remportées de façon convaincante, mais la junte a refusé de lui céder le contrôle.

Mme Suu Kyi est restée assignée à résidence à Yangon pendant six ans, jusqu'à sa libération en juillet 1995.

Elle a de nouveau été assignée à résidence en septembre 2000, lorsqu'elle a tenté de se rendre dans la ville de Mandalay au mépris des restrictions de voyage.

Elle a été libérée sans condition en mai 2002, mais un peu plus d'un an plus tard, elle a été emprisonnée à la suite d'un affrontement entre ses partisans et une foule soutenue par le gouvernement.

Son mari mort d'un cancer

Elle a ensuite été autorisée à rentrer chez elle - mais à nouveau en résidence surveillée.

Elle a parfois pu rencontrer d'autres fonctionnaires de la LND et certains diplomates, mais au cours des premières années, elle a souvent été placée en isolement. Elle n'a pas été autorisée à voir ses deux fils ni son mari, qui est mort d'un cancer en mars 1999.

Les autorités militaires lui avaient proposé de se rendre au Royaume-Uni pour le voir lorsqu'il était gravement malade, mais elle s'est sentie obligée de refuser de peur de ne pas être autorisée à revenir dans le pays.

Réintégrer la politique

Le 7 novembre 2010, Mme Suu Kyi a été écartée des premières élections organisées au Myanmar depuis vingt ans, mais elle a été libérée de son assignation à résidence six jours plus tard. Son fils Kim a été autorisé à lui rendre visite pour la première fois depuis dix ans.

Alors que le nouveau gouvernement s'est engagé dans un processus de réforme, Mme Suu Kyi et son parti ont réintégré le processus politique.

Ils ont remporté 43 des 45 sièges contestés lors des élections partielles d'avril 2012, dans une déclaration de soutien sans équivoque. Mme Suu Kyi a prêté serment en tant que députée et chef de l'opposition.

Au mois de mai suivant, elle a quitté la Birmanie pour la première fois depuis 24 ans, en signe de confiance apparente que ses nouveaux dirigeants lui permettraient de revenir.

Depuis qu'elle est devenue conseillère d'État en Birmanie, son leadership a été en partie défini par le traitement de la minorité Rohingya, majoritairement musulmane, du pays.

En 2017, des centaines de milliers de Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin en raison d'une répression de l'armée déclenchée par des attaques meurtrières contre des postes de police dans l'État de Rakhine.

Les anciens partisans internationaux de Mme Suu Kyi l'ont accusée de ne rien faire pour empêcher les viols, les meurtres et un éventuel génocide en refusant de condamner les militaires encore puissants ou de reconnaître les récits d'atrocités.

Quelques-uns ont d'abord soutenu qu'elle était une politicienne pragmatique, essayant de gouverner un pays multiethnique avec une histoire complexe.

Mais sa défense personnelle des actions de l'armée lors de l'audience de la CIJ à La Haye a été considérée comme un nouveau tournant pour sa réputation internationale.

Chez elle, cependant, "la Dame", comme on l'appelle, reste très populaire auprès de la majorité bouddhiste qui n'a que peu de sympathie pour les Rohingyas.

Si des progrès ont été réalisés dans certains domaines, l'armée a continué à occuper un quart des sièges parlementaires et à contrôler des ministères clés, notamment la défense, les affaires intérieures et les affaires frontalières.

Des généraux «plutôt doux»

En août 2018, Mme Suu Kyi a décrit les généraux de son cabinet comme étant "plutôt doux" et la transition démocratique du Myanmar, selon les analystes, semble s'être arrêtée.

Le coup d'Etat militaire de 2021 est survenu alors que le pays était confronté à l'une des pires épidémies de Covid-19 en Asie du Sud-Est, mettant de nouvelles tensions sur un système de santé déjà appauvri alors que les mesures de verrouillage dévastent les moyens de subsistance.

Pourtant, Mme Suu Kyi reste populaire. Un sondage réalisé en 2020 par l'Alliance populaire pour des élections crédibles, un organisme de surveillance, a révélé que 79 % des gens lui faisaient confiance, contre 70 % l'année précédente.

Derek Mitchell, ancien ambassadeur des États-Unis en Birmanie, a déclaré à la BBC : "L'histoire d'Aung San Suu Kyi nous concerne autant qu'elle la concerne. Elle n'a peut-être pas changé. Elle a peut-être été cohérente et nous ne connaissions pas toute la complexité de ce qu'elle est»

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

A Lire Aussi
THAÏLANDE - POLITIQUE: Pour le gouvernement Prayut, les variants du Covid riment avec fiasco
THAÏLANDE - JUSTICE: Vers un retour de Yinluck Shinawatra en Thaïlande ?
THAÏLANDE - POLITIQUE: Délit de lèse majesté contre la reine Suthida, cinq inculpés
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le 7 mai, Thanathorn face au délit de lèse majesté
THAÏLANDE - POLITIQUE: Un internaute menace les filles de Prayut Chan-Ocha
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
(0)
Soyez le premier à nous faire part de votre réaction !
Notre lettre d'information

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous

Voir la newsletter du 12/04



Évènements Birmanie
BIRMANIE - POLITIQUE: En 2018 déjà, l'ONU alertait sur l'impuissance du pouvoir civil face à l'armée
BIRMANIE - ÉCONOMIE: La responsabilité du géant Total soulignée par Asialyst
BIRMANIE - ANALYSE: L'économie birmane, ruinée par le coup d’État militaire
BIRMANIE - EUROPE: Le décryptage européen accablant de la crise birmane
BIRMANIE - MASSACRE: 80 tués par l'armée prés de Rangoun où les manifestants défilent en rouge-sang
Thaïlande - Crise politique
THAÏLANDE - JUSTICE: Davantage de places de prison dans le royaume, les activistes inquiets - Gavroche
THAÏLANDE - JUSTICE: Les accusations de sédition pleuvent sur les activistes - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Des protecteurs de la monarchie promettent de manifester chaque week-end - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les manifestants ne cèdent pas à Bangkok - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Les réseaux sociaux, l'arme de la contestation massive - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Vers une division du mouvement pro-démocratie entre manifestants et partisans d'un compromis ? - Gavroche
Dernières Petites Annonces
POLITIQUE THAÏLANDAISE
THAÏLANDE - POLITIQUE: Pour le gouvernement Prayut, les variants du Covid riment avec fiasco - Gavroche
THAÏLANDE - JUSTICE: Vers un retour de Yinluck Shinawatra en Thaïlande ? - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Délit de lèse majesté contre la reine Suthida, cinq inculpés - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Le 7 mai, Thanathorn face au délit de lèse majesté - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Un internaute menace les filles de Prayut Chan-Ocha - Gavroche
THAÏLANDE - JUSTICE: Davantage de places de prison dans le royaume, les activistes inquiets - Gavroche
Coronavirus
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Un nouvel an thaï dans l'ombre de la Covid-19 - Gavroche
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Ce qu'il faut savoir sur la pandémie Covid à Phnom Penh - Gavroche
THAÏLANDE - POLITIQUE: Pour le gouvernement Prayut, les variants du Covid riment avec fiasco - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Dans les clubs thaïlandais, la Covid et les massages font bon ménage - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 10 avril - Gavroche
PHILIPPINES - CORONAVIRUS: Alerte à la Covid-19 dans les hôpitaux de Manille - Gavroche
CAMBODGE - FESTIVITÉ: Comment fêter le nouvel an khmer en évitant la Covid ? - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: Ministres et députés mis à l'isolement - Gavroche
ASIE DU SUD-EST - PANDÉMIE: Le point sur la Covid-19 au 4 avril - Gavroche
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Le royaume enregistre le 19ème décès du au Covid - Gavroche
Tourisme
CHIANG MAI - TOURISME: Le lac Huay Thueng Tao, oasis montagnard de Chiang Mai - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Koh Chang ou le Covid pour Songkran, les Bangkokois ont choisi - Gavroche
THAÏLANDE - AVIATION: Thai Airways revient peu à peu en Europe - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Pattaya mise sur la quarantaine anti-Covid - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Au Koh Jum Lodge, oubliez la pandémie à un prix imbattable - PUBLI-INFO
THAÏLANDE - TOURISME: Nakhon Nayok, une province spirituelle qui mérite le détour - Gavroche
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: La quarantaine de dix jours est désormais en vigueur - Rapide Visa
THAÏLANDE - CORONAVIRUS: La quarantaine à Bangkok ou le supplice de Tantale raconté en direct - Gavroche
THAÏLANDE - TOURISME: Thai Airways mise sur Phuket - Francfort - Gavroche
CHIANG MAI - TOURISME: En vadrouille, l'ami Eric nous fait découvrir le riz et le blé du nord - Gavroche
Dernières Offres d'Emploi
08/04/2021
Lieu: A domicile
 
 
15/03/2021
Lieu: à domicile
 
 
03/01/2021
Lieu: Ventiane
 
 
25/12/2020
Lieu: Bangkok
 
 
13/12/2020
Lieu: BANGKOK
 
 
Rama X, le couronnement
LU AILLEURS: Le roi Rama X en Suisse ... lorsqu'il était enfant - Gavroche
THAÏLANDE: En images, la procession du palanquin royal - Gavroche
THAÏLANDE: Le roi Rama X a été couronné - Gavroche
HISTOIRE: Comprendre la monarchie Thaïlandaise et ses traditions - Gavroche
THAÏLANDE: Le 4 mai 2019, jour du couronnement de S.M le roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Le mode d'emploi d'un fastueux couronnement - Gavroche
THAÏLANDE: Le dernier couronnement royal a eu lieu en ... 1950 - Gavroche
THAÏLANDE: Suivez en direct le couronnement du roi Rama X - Gavroche
THAÏLANDE: Les thaïlandais découvrent peu à peu leur nouvelle reine Suthida - gavroche
THAÏLANDE: Bangkok subit un lifting pour le couronnement du roi Rama X - Gavroche
booked.net
Les Nouvelles du Cambodge
CAMBODGE - FINANCE: Avec la pandémie, les emprunteurs cambodgiens ne peuvent plus payer
CAMBODGE - POLITIQUE: Au nom de l'opposition, Sam Rainsy dénonce la succession au sein du clan Hun Sen
CAMBODGE - DIPLOMATIE: Fureur à Phnom Penh contre le rapport annuel américain sur les droits de l'homme
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Le royaume enregistre le 19ème décès du au Covid
CAMBODGE - CORONAVIRUS: Pas de confinement en vue pour Phnom Penh
crown-relocations
sds
wrlife
lfib-fev20
pimp-my-dive
yves-joaillier-3
ftcc
oif-fev14